la barrière hémato-encéphalique contrôle l’arrivée des molécules dans le cerveau

la-barriere-hemato-encephalique-controle-larrivee-des-molecules-dans-le-cerveau.jpg

La barrière hémato-encéphalique  autrement appelée hémato-méningée est une barrière physiologique formée par des cellules qui se regroupent pour cerner le sang  au niveau du cerveau. Réellement, cette barrière se place entre la circulation sanguine et le système nerveux central dont elle est appelée à protéger au cas où des toxines ou des agents pathogènes sont présents  dans le sang.

barriere-hemato-encephalique.jpg

A noter que les traitements médicamenteux relatifs à la neurologie sont systématiquement bloqués  par la barrière hémato-encéphalique, et que ce sont spécifiquement les nutriments indispensables au fonctionnement du cerveau qui peuvent franchir sans restriction la barrière.

Comment fonctionne la barrière hémato-encéphalique ?

A titre informationnel, le cerveau d’un homme n’est que 2% de son poids total, alors qu’il nécessite 20% des besoins énergétiques sans pour autant  disposer d’espace suffisant pour stocker des réserves en oxygène et en aliments devant être transformés en énergie.

oxygene.jpg

Ce système est similaire pour tous les vertébrés vivant sur terre, y compris l’être humain, avec une suite de différences structurelles et fonctionnelles des vaisseaux sanguins cérébraux. Ce système est spécifique afin d’exercer la fonction de protection du tissu neuronal par une large séparation du cerveau des cellules qui l’entourent. La barrière hémato-encéphalique est donc destiné à isoler le cerveau pour éviter l’intrusion des substances toxiques et pathogènes. Elle assure également l’évacuation les résidus  résultant du fonctionnement.  

Constitution corporelle de la BHE et astuce pour la franchir

Des cellules complexes constituent la barrière hémato-encéphalique, appelées cellules endothéliales qui sont très serrées les unes des autres. Il y a également d’autres cellules nécessaires pour le fonctionnement de la barrière, et non moins pour la croissance de celle-ci. Il existe d’interactions très serrées entre toutes ces cellules pour que la barrière hémato-encéphalique puisse assurer  minutieusement son rôle de protection du cerveau en empêchant les substances indésirables d’y pénétrer. Cependant, les médecins ont tendance à franchir cette barrière en voulant apporter une certaine solution thérapeutique au patient. Ils reconnaissent que c’est très difficile, sinon impossible pour certain cas. Il s’agit d’une barrière dynamique permettant de contrôler les molécules  dans le sang qui pourront passer la barrière. A noter que jusqu’ici seuls 2% des solutions trouvées ont pu franchir la barrière hémato-encéphalique. C’est encore à confirmer dans le futur.